Le Colonel Truffert.

 

 

Issu d’une famille de l’ouest, Joseph Truffert s’engage volontairement dans la marine.

 

 

Il y gagne ses premiers galons avant de passer dans l’infanterie.

 

Entré à l’école de Sait-Maixent, il sort sous-lieutenant et part servir à l’étranger où il risque sa vie à plusieurs reprises.

 

Nommé capitaine, il revient quelques années plus tard avec deux citations très élogieuses.

 

En 1910, il est nommé chef de bataillon et c’est au 1errégiment d’infanterie qu’il sert dès août 1914.

 

Nommé lieutenant-colonel le 5 septembre 1914, il prend immédiatement le commandement du 73erégiment d’infanterie de Béthune.

 

Il effectue alors le parcours de guerre au cours duquel il est blessé une première fois à Marbotte en avril 1915.

 

Il est de nouveau blessé lors de la bataille de la Somme en septembre 1916.

 

L’année 1917 le voit nommé colonel, toujours à la tête du 73eRI.

 

Il reçoit une troisième blessure lors des combats de Laversine de juin 1918.

 

Très fatigué, il quitte le régiment le 5 juillet 1918 en laissant un message d’adieu dont voici quelques mots :

 

« J’emporte de vous un inoubliable souvenir…. Vous avez donné à votre vieux colonel, votre cœur et votre confiance et il vous a payés de retour… Un chef ne peut rien désirer de plus enviable et je vous en remercie… ».

 

Le régiment ne le reverra plus, le colonel Truffert s’éteint le 15 novembre 1918.

 

Les écrits d’officiers et d’hommes de troupe attestent très largement des qualités qu’avait le colonel, toujours modeste et brave, ayant le sens du devoir et de l’honneur.

colonel truffert b

 


Le colonel Truffert.