Le 11 novembre 1917.

Le 11 novembre 1917, Arthur B. caporal dans la 7e compagnie du 18e RI, est aux tranchées dans les environs de Tahure.

Voici quelques extraits de son carnet :

«  Le 4 novembre, nous sommes aux tranchées, la nuit s’est très bien passée, les voisins d’en face n’ont pas été trop méchants. Nous avons le remède pour les calmer…

Nous guettons la nuit, au froid !

Le 8 novembre : je suis aux tranchées où il fait mauvais temps avec de la pluie et du vent. C’est ennuyeux de patauger dans la boue.

Le 10 novembre : toujours aux tranchées, je t’assure que l’on souffre ici, dans ces trous !

De toujours rester mouillé, on y a froid…

Le 14 novembre : aux tranchées, presque 15 jours sans dormir. Je vois qu’à E… , les jeunes filles se dépêchent pour se marier. Elles ont bien raison car, peut-être qu’après la guerre, elles n’auront pas la chance de trouver… ».

Nos Poilus pour lesquels j’ai un respect infini, visitaient chaque maison du village, ceci dans les années 1965/1970 et vendaient ces bleuets.

souvenirs_73e_ri_b