Edouard DELECOURT à Dinant 3e partie.

Voici donc un nouvel extrait de son carnet daté du 16 août 1914 :

« Une section du 110e est venue prendre notre position et nous sommes retournés dans les bois d’Anhée.

Nous nous mettons à faire la soupe quand, tout à coup, un régiment de dragons passe sur la route qui traverse le bois.

L’ennemi les aperçoit et commence à faire pleuvoir les obus qui passent au-dessus des dragons et tombent dans notre direction.

Nous culbutons la soupe et on se sauve à l’abri un peu plus loin.

Tout s’est encore bien passé mais nous avons été obligés de nous mettre une grande ceinture pour la soupe.

Un instant plus tard, voilà qu’un orage éclate avec une force inouïe et dans l’espace d’une demi heure, nous sommes trempés jusqu’aux os.

Nous sommes bien mouillés quand on nous donne l’ordre d’aller nous mettre à l’abri dans la ferme. Nous avons passé la nuit dans les granges... »