Les combats du bois d’Ailly 1915.

Le 1er mai, le régiment arrive Sorcy Saint-Martin, village qui se situe au sud de Commercy.

Le 2 mai, l’ordre arrive de se rendre à la Croix Saint-Jean ; il passe à Vignot, Boncourt et Marbotte.

Le 3 mai, il relève le 27e RI à la Vaux Féry qui se situe au sud-est du bois d’Ailly.

Les 2e et 3e bataillon sont en première ligne.  Le 2e est placé à droite près du 33e RI et le 3e à gauche. Le 8e RI est placé à gauche du 3e bataillon.   

C’est vers 21h que les tirs de canons et de fusils commencent dans le secteur de la Tête à Vache.

Le 4 mai, le bombardement est intermittent.

Le 5 mai, le bombardement est violent, les lignes téléphoniques sont coupées.

Le 8e cède, des renforts ennemis importants passent la crête d’Ailly lorsqu’une mitrailleuse du 73e tire et les décime.

A 6 heures, une contre-attaque est prononcée afin d’aider la 11e compagnie en difficulté.    

A 9h25, le général de brigade donne l’ordre de tenir jusqu’à la mort.

A 15h30, le 1er bataillon attaque et prend trois barrages, le 3e continue sa progression, le bombardement est très violent, les liaisons ne sont toujours pas établies.

Vers 16h30, l’ennemi pénètre dans la tranchée où se trouve la 7e compagnie, un corps à corps s’engage et l’ennemi poursuit et prend un ouvrage (ouvrage en V que je ne sais pas situer).

Les hommes restants des 2e et 3e bataillons prennent position dans la tranchée de la crémaillère.

Le 6 mai, ils sont toujours dans la même position et le 7, la tranchée subit le bombardement.

Les jours suivants sont calmes, le régiment est relevé le 11 mai.

Durant ces combats, le 2e bataillon a perdu 9 officiers et 600 hommes, le 3e, 9 officiers et 520 hommes.


Je vous propose deux vues faites en avril 2007 : l'une concerne un blockhauss et l'autre, une tranchée.                           

                                                    

bois_ailly_b_73

                                                                                             

bois_ailly1_b_73