La fin novembre 1915.

C’est le 26 novembre que le lieutenant-colonel Truffert effectue une reconnaissance en vue de mettre en batterie des canons de 58 et le soir, les allemands lancent des torpilles sur la 1ère ligne.

Le 27 novembre, la journée est calme malgré le tir de quelques obus.

Le 28 novembre, les allemands ne tirent pas un seul coup de fusil et il y a peu d’activité malgré une alerte aux gaz.

Le 29 novembre, dès 12h30, les gaz sont déclenchés et le canon tonne l’après-midi sous la pluie.

Le 30 novembre, le dégel a provoqué de nombreux éboulements dans les tranchées.

C’est au PC de Gernicourt que le lieutenant-colonel Truffert déjeune accompagné du général Guillaumat en ce 1er décembre.

Le 3 décembre, les 9e et 11e compagnies sont relevées  et se dirigent vers Pévy et Trigny.

Dans la nuit, vers 2h30, un homme est sorti du poste d’écoute et est porté disparu !

Le dimanche 5 décembre, le régiment est relevé tôt le matin par le 33e RI.

Voici un lien sur un document en PDF réalisé par Roger Faure en 2003, qui décrit d'après les notes de H. Barrès, les postes d'écoute du lieutenant Delavie. Ce document est très intéressant.

Qu'il soit ici remercié de ce travail !

http://faure.roger.free.fr/vayres/autres/documents/delavie_par_barres.pdf