Sergent Jules Bourdrez.

 

Jules_BOURDREZ_copie_10


Mobilisé au 6e régiment d’infanterie territoriale le 4 août 1914, il arrive à Dunkerque le lendemain où il est placé en réserve.

Le 22 août, il est mis en état d’alerte, le 25, il est dirigé vers Petite-Synthe.

Les jours suivants, il est placé en surveillance près du canal de Bergues.

C’est début septembre qu’il effectue des travaux d’organisation et participe à des séances de tir.

Le 22, il embarque en gare de Dunkerque en direction de Douai.

Le 24 à 14h, l’ennemi attaque au Raquet, il y a plusieurs tués mais le 2e bataillon dans lequel se trouve Jules revient sur les lieux le lendemain pour y creuser des tranchées.

Le 30, il est près de Lewarde alors que les allemands sont à Auberchicourt avant d’attaquer les positions dès 15h.

Le 1er octobre, l’ennemi progresse, Jules et le 2e bataillon doivent reculer dans les boulevards de Douai. L’étau se resserre…

Jules est probablement blessé durant ces évènements du 30 ou du 1er octobre 1914.

Evacué, il est soigné dans un hôpital où il décède, « Mort pour la France ».

Douai est alors occupé par l’ennemi, c’est ainsi que Jules fut probablement inhumé par les autorités allemandes dans la ville où il repose depuis…

Mes remerciements s’adressent particulièrement à Guy, son petit-fils.