Le 73e en juin 1918

 

Le 1er juin connaît un fort bombardement suivi de plusieurs attaques ennemies repoussées.

Il en est de même le lendemain, l’ennemi se trouvant à Beaurepaire.

Différents mouvements se déroulent de façon à protéger Dommiers, les pertes sont déjà très sérieuses notamment dans la 5e compagnie.

C’est ensuite que les avions allemands mitraillent le village, l’un d’eux est touché et s’écrase…

Le 3 juin, une nouvelle attaque se déroule, le 8e RI alerté, se doit de défendre Dommiers tandis que le chef de bataillon (6e) Louis Schaepelynck du 273e est fait prisonnier à la ferme Vertes Feuilles.

Cette attaque a lieu à la Croix de Fer, le Tilleul et le Calvaire où l’ennemi parvient à s’infiltrer, le PC du colonel doit être défendu !

Le colonel reçoit l’ordre de se rendre à Saint-Pierre Aigle tandis que le capitaine Chevalier doit défendre Dommiers.

La ferme Vertes Feuilles est vaillamment défendue également avant que la relève n’ait lieu le 5.

Après un court repos, il faut rejoindre Laversine où le régiment subit un fort bombardement le 12, la réplique n’est pas bien réalisée et un peu plus tard, les allemands attaquent, le 2e bataillon du capitaine Fronval est notamment débordé, le 3e se replie.

A ce moment, le colonel Truffert doit quitter Laversine pour la Fosse à Truie.

Le 13 juin, l’ennemi est enfin arrêté, le lendemain le 73e est à Chelles.

Le 16, ordre de marche par Crépy en Valois et Nanteuil le Haudoin afin de rejoindre les cantonnements prévus à la Râperie, Chévreville et Ognes

Voici une période dédiée à l’instruction et à l’arrivée des renforts qui rejoignent les compagnies

Ces combats de juin ont provoqué de grandes pertes et une certaine fatigue chez nos soldats mais rien n’est gagné, nous verrons qu’un peu plus tard, d’autres combats toujours plus violents vont encore se dérouler…

Estimation des pertes :

- 40 tués dont la plupart reposent dans les nécropoles nationales de Vic sur Aisne et de Villers-Cotterets,

- 120 blessés,

- 450 disparus et prisonniers, parmi ceux-ci le chef de bataillon Maurice Coudin, les capitaines Jean-Baptiste Fronval et André Chevalier.

 

Missy_b