Lieutenant Auguste Mahy

« J’entends la voix forte de notre colonel Héberlé qui crie de toutes ses forces :  273 en avant ! Le spectacle était terrible !

C’était le 9 septembre 1914 suivant les notes du sergent Mahy.

Mais revenons au 2 août 1914 où Auguste, sergent dans la 3e compagnie du 73e RI quitte Aire sur la Lys afin de rejoindre Béthune.

Arrivé sur place, il est affecté à la 18e compagnie pour former le régiment et part en campagne pour les premiers combats de Dinant, Voulpaix et la Marne.

Dans le secteur de Saint-Léonard en octobre, il se trouve ensuite dans le secteur du fort de la Pompelle qu’il quitte en février 1915 pour rejoindre le front de l’Aisne.

Promu adjudant, il revient au bois des Zouaves  en tant que sous-lieutenant avant de partir vers Hébuterne et Lihons.

Il prend part à la terrible offensive de Champagne où il voit le colonel Héberlé tomber ainsi que le lieutenant Henry Tiberghien.

1916 : le voici à Verdun avant de rejoindre la Somme où il est blessé le 20 juillet 1916 et reçoit deux citations dont l'une à l'ordre de la division et l'autre à l'ordre du corps d'armée.

Nommé lieutenant en 1917, sans autre information, il termine la guerre en occupation en Allemagne.

Sa carrière militaire ne s’arrête pas là : le 10 septembre 1939, il est commandant au 401e régiment de pionniers et part en campagne le 10 mai 1940 pour être fait prisonnier à Bray-Dunes et dirigé vers l’Oflag IV D.

Auguste est de retour en France le 26 novembre 1940.

En 1944, il prend une part active dans le réseau de résistance WO.

Voilà donc la courte biographie d’un officier extraordinaire !

Voici les décorations qu’Auguste a reçues :

Légion d’honneur, croix de guerre 2 étoiles, médaille du combattant, médailles commémoratives 14/18 et 39/45, croix des services volontaires, croix de la libération.

Je remercie ses enfants et petits-enfants de l’excellent accueil qu’ils m’ont réservé.

 

Mahy_c