Soldat Auguste Guisnet

 

Originaire de l’Aisne et de la classe 1900, Auguste est mobilisé au 273e RI et rejoint le dépôt de Saint-Astier.

Le 22 juin 1915 : il se trouve en cantonnement et envoie une photo à sa maman ; suivant le journal de marche, il s’agit d’Acheux en Amiénois, petit village de la Somme.

Nous ne disposons pas d’informations permettant de retracer sa campagne jusqu’au début de l’année 1918 où il passe à la 22e compagnie du 217e RI sur le front de la Marne, du Nord dont un passage à Bergues et Cassel, l’Aisne et les Vosges.

Le 11 novembre 1918, son épouse Marguerite, sage-femme à Béthune durant toute la guerre, écrit une lettre avec une grande émotion :

« Je ressens le besoin de venir causer avec vous au soir de ce grand jour qui nous apporte la paix !

Les cloches sonnent à grande volée de tous côtés, les drapeaux ornent l’usine Desforges d’Haironville et partout l’ordre est donné d’illuminer et de pavoiser.

Que je regrette de n’être pas au milieu de vous pour me réjouir en votre compagnie !

C’est fini ! Je ris, je pleure, je prie, je ressens enfin ! une indicible émotion ».

De retour du front, Auguste est malade et décédera en 1923.

Son nom figure sur le monument au Morts de Béthune.

Je remercie tout particulièrement Monsieur Pierre Guisnet de son partage.

Sur la photo, Auguste se trouve à droite.

Auguste GUISNET 1915