Béthune- les 73e RI - 273e RI - le 6e RIT

08 juin 2022

Soldat Adolphe Chabaudie 73e RI

De la classe 1918, Adolphe Chabaudie est natif de Chaillac en Haute-Vienne.

Soldat de 2e classe, il est blessé et fait prisonnier à Dormans le 15/7/1918.

Egalement gazé, il termine la guerre en bien mauvais état !

Je recherche un portrait de ce Poilu, merci.

Posté par saint_omer 8ri à 13:21 - - Permalien [#]

29 avril 2022

Soldat Lecorne Alexandre 73e RI

Soldat Lecorne Alexandre 73e RI

Natif de Haubourdin et de la classe 1914, Alexandre Lecorne est mitrailleur dans la 2e compagnie.

Blessé par balle et fait prisonnier à Dormans le 15/7/1918, il est rapatrié en décembre 1918.

Son courage est reconnu avec 2 citations à l'ordre de la brigade.

Je recherche un portrait de ce Poilu, n'hésitez pas à me contacter, merci.

Posté par saint_omer 8ri à 13:23 - - Permalien [#]
27 avril 2022

Sergent Cardi Alexandre 73e RI

Sergent Cardi Alexandre 73e RI

De la classe 1910 et natif de Corse, Alexandre Cardi, sergent au 73e RI, effectue deux stages de mitrailleur, un stage au canon de 37 et un autre stage au fusil RPC le tout avec mention très bien.

Lors de la bataille de Dormans du 15/7/1918, il est porté disparu.

Je recherche un portrait de ce Poilu, merci.

Posté par saint_omer 8ri à 08:47 - - Permalien [#]
04 avril 2022

Soldat Brouker Georges 73e RI

Soldat Brouker Georges 73e RI

De la classe 1916 et natif de la Meuse, Georges Brouker est blessé par éboulement à Combles le 27/9/1916.

Il est à nouveau blessé par balle à Dormans le 15/7/1918 et fait prisonnier.

A été deux fois cité à l'ordre du régiment.

Posté par saint_omer 8ri à 13:33 - - Permalien [#]
25 mars 2022

Soldat Lasorne Antonin 73e RI

Lasorne Antonin 73e RI

Originaire de Buigny - Somme et de la classe 1915, Antonin est affecté au 73e RI le 12/5/1915.

Blessé à Dormans le 15/7/1918, il est gazé à Seboncourt le 5/11/1918.

Je recherche un portrait de ce Poilu, merci.

Posté par saint_omer 8ri à 11:50 - - Permalien [#]

11 mars 2022

Adjudant-chef Louis Squarcioni 73e RI

Adjudant-chef Louis Squarcioni 73e RI

Louis Squarcioni de la classe 1895 et natif de Corse, rejoint le 73e RI le 14/6/1918.

Fait prisonnier à Dormans le 15/7/1918, il est interné à Cottbus.

Il fait son retour en janvier 1919.

Je recherche un portrait de ce Poilu, merci d'avance.

 

Posté par saint_omer 8ri à 11:35 - - Permalien [#]
07 mars 2022

Soldat Alfred Rouquette 273e RI

Soldat Alfred Rouquette 273e RI

Cordonnier à Brassac et de la classe 1916, Alfred est incorporé au 173e régiment d’infanterie corse

le 19 avril 1915.

Rouquette Alfred en haut à g b

Alfred se troouve en haut à gauche.

Il passe au 141e régiment d’infanterie de Marseille le 26 novembre 1915 au front.

Le 141e est en ligne à Avocourt à l’ouest de Verdun et il occupe aussi le mamelon d’Haucourt.

Les journées sont parfois calmes ou agitées lors des bombardements des petits ouvrages de défense.

Alfred passe le nouvel an en ligne à 20 ans !

Haucourt détruit b

Haucourt village détruit.

Dès le 5 janvier 1916, les bombardements reprennent, les allemands tirant notamment de la côte 304.

Cette fameuse côte qui a effrayé nos Poilus où tant sont tombés.

Bien plus tard, l’évocation de cette côte les faisaient encore pleurer.

Mais revenons au 3 février, jour de répit ainsi que les jours suivants.

Le 21 février, le bombardement reprend un peu partout, des ouvrages sont détruits, les pertes s’accumulent le 26.

Malancourt ouvrages b

Le 11 mars est une journée noire avec 31 tués, 35 disparus et 135 blessés. Il en est de même pour le 21.

Le 24 mars, la relève commence enfin et le lendemain le régiment embarque à Ville/Cousance pour débarquer au sud de St-Dizier à Avrainville, Rachecourt et Flornoy.

Après instruction, c’est le départ en train le 1er avril pour arriver dans la région de Bergues le 3 et reprendre l’instruction.

Le 9, il est à Mardyck, fort Mardyck et Petite-Synthe.

Le 20, arrivée à Nieuport et Coxyde en Flandres Belges, le secteur est assez calme.

Il en est de même jusqu’au 21 août où Alfred est muté au 273e RI de Béthune qu’il rejoint le 26 août dans la région de Quiry le Sec dans la Somme.

A Caix le 27, nous ne connaissons pas la compagnie dans laquelle se trouvait Alfred.

Les 6 et 17 septembre sont des jours d’attaque sous la pluie.

Le 10 octobre, ce sont les 4e et 6e bataillons qui sont en 1ère ligne pour un assaut fixé à 11 heures.

Chaulnes

Positions françaises en rouge au 10 novembre 1916.

Durant cette journée, Alfred est tué puis inhumé dans l’ossuaire 2 de Lihons.

Lihons b

Lihons : les ossuaires.

Il reçoit une citation en ces termes : « soldat courageux et dévoué, tué glorieusement à son poste de combat. Croix de guerre ».

Quelle douleur pour ses parents qui viennent de perdre un autre fils !

Il s’agit de Jean de la classe 1914 qui était au 9e régiment d’artillerie de campagne, 10e batterie tué à Herbécourt – Somme, le 21/7/1916.

Jean est inhumé dans la nécropole nationale de Villers-Carbonnel tombe 814.

Mes remerciements s’adressent à Jean-Paul Brignon pour le partage de la photo.

Posté par saint_omer 8ri à 16:43 - - Permalien [#]
01 mars 2022

Soldat Jean Parot 273e RI

Soldat Jean Parot 273e RI

Jeune soldat de la classe 1918, Jean Parot quitte la ferme familiale de St-Maurice la Souterraine le 3 mai 1917 pour être incorporé au 63e RI.

Parot Jean 273e b

Il part en campagne le 31 décembre dans le secteur de Reims.

Le 14 juin 1918, il est affecté au 6e bataillon du 273e RI commandé par le capitaine Fliecx.

Il rejoint son régiment aux Champs de Pie.

Deux jours plus tard, il est embarqué en camion pour Plessis-Belleville.

Le 1er juillet, il embarque de nouveau en direction de Margny.

Le 5 juillet, il est en ligne à la Chapelle Monthodon à l’ouest de Dormans.

Dormans 15 7 1918 JMO 273e

Rien ne se passe, le secteur est très calme… avant la tempête !

Le 10 juillet, Jean est toujours en 1ère ligne, le 15 à minuit, un violent bombardement commence avant l’attaque de l’infanterie ennemie.

Beaucoup tombent, parmi eux, le lieutenant-colonel Boizard et ses proches officiers.

Les allemands, très puissants, balayent tout sur leur passage.

dormans 15-7-1918 b

Ligne française au sud de Dormans.

De très nombreux soldats sont faits prisonniers dont Jean et même son capitaine.

Amené à l’arrière des lignes, il est ensuite dirigé vers le camp de Langensalza en Thuringe au nord de l’Allemagne.

Rapatrié le 20 janvier 1919, il est de retour chez lui le 15 juin 1920.

Merci à Charlotte Pereira et à Andréa Berrier, la petite-fille de Jean, Mort Pour La France le 8/8/1940 à Toulon alors qu'il se trouvait au 132e régiment d'infanterie de forteresse.

Dormans vers 1960 b

Dormans vers 1950.

Posté par saint_omer 8ri à 12:00 - Permalien [#]
22 février 2022

Soldat Jules Staes 273e RI

Soldat Jules Staes 273e RI

De la classe 1909, Jules Staes quitte Bailleul le 3 août 1914 pour rejoindre le 273e RI à Béthune où il est affecté à une compagnie de mitrailleuses (probablement la 4e).

7 - Staes Jules 273e RI b

Il prend part aux combats de Dinant et de Voulpaix (Aisne) en août.

En septembre, il arrive près de Reims à St-Léonard puis dans le secteur de la Pompelle, à Sillery, au sud-est de Reims où il passe l’hiver.

Le 10 février 1915, sous un très mauvais temps, il est dirigé vers l’Aisne et prend position au bois de la Mine, au Choléra près de Berry au Bac et au mont Doyen près de Pontavert.

En juin, il est dans la Somme à Hébuterne puis dans le secteur de Lihons fin août.

Le 30 septembre, il embarque à Moreuil pour prendre part à l’offensive de Champagne où il va connaître l’horreur le 6 octobre à Sommepy, Tahure et la ferme Navarin.

Beaucoup tombent et restent sur le champ de bataille car il est très difficile de ramener les corps des camarades…

Sain et sauf, Jules part en repos dans la région de Bar le Duc puis rejoint le front à la Riaville et Pintheville, petits villages meusiens.

Le 8 janvier 1916, il est au nord de Verdun près d’Haumont pour renforcer les lignes.

Le 21 février, c’est un véritable déluge de feu qui s’abat sur le régiment et la division.

L’ordre est de se positionner à Louvemont afin de tenter de retenir les allemands.

Le 25 février, c’est sous la neige qu’ils attaquent après un violent bombardement.

Louvemont est pris, Jules fait prisonnier.

Louvemont Douaumont b

Nous savons qu’il est dirigé vers Kaiserslautern puis il est transféré vers le camp d’Hammelburg le 8 mars 1916.

Ce camp se situe en Bavière.

hammelburg memorial b

Il fait partie d’un commando de travail.

A compter du 17 novembre 1918, Jules ne donne plus de ses nouvelles.

Malade, il souffre de la grippe et d’une pneumonie, il en décède le 26 novembre.

Toujours sans nouvelles, sa mère, très inquiète et réfugiée à Borre, demande des informations à l’autorité le 25 janvier 1919…

Jules repose dans un cimetière d’Hammelburg ; exhumé le 2 janvier 1926, il repose dans l’immense nécropole nationale des prisonniers de guerre de Sarrebourg depuis fin février 1926.

staes jules 273 b

Merci à Monsieur et Madame Marcel Labey d’avoir partagé leurs documents.

Louvemont b

Louvemont : un village tranquille avant guerre.

louvemont chapelle b

La chapelle de Louvemont aujourd'hui.

Posté par saint_omer 8ri à 12:00 - - Permalien [#]
20 février 2022

Chef de bataillon Jean Chourreu 273e RI

Chef de bataillon Jean Chourreu 273e RI

Natif de l’Aude, nous sommes en 1883 lorsque Jean Chourreu s’engage pour 5 ans au 83e RI.

Trois ans plus tard, il est nommé sergent-major avant de rejoindre l’école militaire d’infanterie.

Sous-lieutenant au 55e RI en 1889, il est nommé lieutenant 2 ans plus tard.

Muté au 141e RI puis au 7e RI, il passe 6 ans en Algérie et au Sahara.

Nommé capitaine au 107e RI en 1901, il est chevalier dans la légion d’honneur l’année suivante.

Chef de bataillon au 310e RI de Dunkerque, il est officier dans la légion d’honneur le 11 avril 1916.

Chourreu Jean comm 273 b

Le 1er juin, il passe au 273e RI et prend le commandement du 4e bataillon.

Le 10 juin, il arrive à Dompierre près de Montdidier.

Après quelques jours de repos, le 4e bataillon se trouve à Herleville puis face au bois Etoilé où certains se font remarquer par leur audace au feu.

Le 25 juillet, il cantonne à Bayonvillers et revient en ligne le 31.

Après une semaine de repos fin août, le 4e bataillon doit couvrir le flanc gauche de la division au sud de Vermandovillers le 6 septembre.

Il subit de nombreuses pertes alors que le bois Blockhauss est pris.

Le 23, en repos à Caix, il reçoit des renforts.

Un nouvel objectif est fixé, il s’agit du bois de Chaulnes et le nord-ouest du village.

Le 8 octobre, il est à l’est de Lihons en vue d’attaquer la tranchée Guillaume le 10.

Lihons carrière Parison b

Lihons : carrière Parison.

Le commandant Chourreu fait positionner ses compagnies au nord, l’assaut étant fixé à 11 heures.

Le bataillon progresse difficilement car un groupe ennemi résiste sur la tranchée Guillaume.

La position est enfin prise, malheureusement, le commandant a été tué dès le début de l’assaut. Voir carte ci-dessous.

Lihons b copie

Merci à Daniel Greu d’avoir partagé son document et de m'avoir informé que le corps se trouve dans une tombe civile du cimetière de Caix.

Daniel s'est beaucoup investi afin que le commandant Chourreu puisse être rapatrié dans sa commune, sans succès bien malheureusement...

Caveau Morel Lucie bCaveau de Madame Lucie Morel dans lequel se trouve le commandant.

Caix ( 11 Novembre 2015 ) bPlaque posée à l'entrée du cimetière le 11/11/2015.

Posté par saint_omer 8ri à 17:56 - - Permalien [#]