Le 73e en juillet 1918

 C’est le 1er juillet que le régiment quitte ses cantonnements pour arriver à Baulne et la Chapelle-Monthodon, villages situés sous Dormans.

 Le colonel Truffert se trouve à Comblizy tandis que les bataillons prennent leur quartier.

 Le 5 juillet, le chef de bataillon Larbey remplace le colonel Truffert souffrant avant d’être lui aussi remplacé par le lieutenant-colonel de Bonnefy.

 Le 9 juillet, le 1er bataillon est en 1ère ligne...

 Le 15 juillet, un bombardement effroyable est déclenché sur les lignes : avant-postes de Dormans, le bois du Chêne, la route de Dormans à Comblizy lorsque vers 4 heures, les allemands attaquent du parc du château et s’infiltrent dans les lignes.

 Il faut reculer vers la 2e ligne ; tandis que le lieutenant-colonel de Bonnefoy est évacué blessé, le chef de bataillon Larbey reprend le commandement du 73e !

 Vers 23 heures, le régiment se retire sur ordre et vient cantonner  le 16, à la ferme de Mondelin située au sud-est d’Orbais- l’Abbaye.

 Les pertes sont très importantes tant en tués qu’en disparus et prisonniers d’ailleurs très nombreux…

 Le 19 juillet, le régiment fait mouvement par Fromentières, le 20, il est à Montmirail, le 21 à la Ferté-Gaucher avant d’embarquer le 22 pour débarquer à Voujeaucourt dans le région de Montbéliard le 24 pour une période d’instruction et de repos bien méritée.